Les systèmes éducatifs se révolutionnent au fil du temps. Le modelé traditionnel d’enseignement qui plaçait le formateur au centre de la formation est désormais révolu. Avec son manque d’interactivité, ses contenus trop stricts et sa carence en innovation ; ce modèle a fait dévier la mission de l’éducation qui était la production de la connaissance. Il était donc important de tourner la veste, d’où l’engouement qu’a suscité l’arrivé de l’approche d’enseignement entre pairs. Il faudra remonter aux sources de cette technique qui consolide la collaboration et l’innovation parmi les apprenants afin de comprendre l’enjeu d’adopter ce modèle.

 

Retour sur les origines et les avantages de l’apprentissage entre pairs

L’apprentissage entre pairs trouve ses origines au cœur de l’université d’Harvard aux États-Unis. Cette approche est le fruit des travaux d’observation du professeur Éric Mazur. Ce dernier développa ce concept en constatant que ses étudiants étaient capables de résoudre par eux-mêmes des problèmes. Alors que dans le même temps il était incapable de comprendre les concepts qu’il leur expliquait.

Initialement, cette approche ne servait qu’à expliciter des notions simples entre des coéquipiers. Mais avec le temps, elle s’est élargie au secteur éducatif dans son entièreté. L’ambition ici est de trouver des modèles de questions adéquates et facilement compréhensibles pour l’apprenant. Quoi de mieux qu’enseigner ses apprenants en partant sur la base des questions qu’ils se posent au milieu de ses pairs.

L’apprentissage traditionnel rend les apprenants spectateurs. Il les met dans une position ou ils attendent tout de leur formateur. Par contre, la technique de l’enseignement entre pairs a révélé depuis des années son efficacité. Ce modèle éducatif permet aux apprenants d’aller plus en profondeur de la compréhension des problèmes. Cette approche améliore aussi l’esprit de collaboration cher les apprenant.

C’est aussi un moyen très adapté pour inciter l’apprenant à pousser sa réflexion afin de proposer des réponses plus concises à ses pairs. S’il réussit à devenir une aide pour ses coéquipiers alors il pourrait devenir un modèle d’excellence puis inciter ses pairs à faire de même. Le formateur ne sera plus donc le maître à tout faire, mais il deviendra un chef d’orchestre pour coordonner la production de la connaissance.